Un roman très attachant, comme ses personnages, sur le droit à la différence, le droit d’être soi-même.

Jennifer Weiner prend le temps de présenter ses personnages, leurs failles, leurs désirs et leurs rapports aux autres. En plantant le décor, elle introduit peu à peu l’intrigue et le nœud du récit, jusqu’à la fin, troublante et mystérieuse qui annonce une suite à l’histoire. 

Avec beaucoup de tendresse et d’humour, elle décrit des personnages perdus dans les affres de l’adolescence, qui ne trouvent pas leur place au sein de la société et qui ne savent pas utiliser les codes sociaux des jeunes gens de leur âge. Elle soulève des questions importantes : doit-on se conformer aux autres pour être considéré ? Pourquoi les différences provoquent-elles de si violentes réactions de la part des autres ? Peut-on mettre en danger tout un groupe d’individus dans le seul but de révéler la vérité aux gens et ainsi, se faire bien voir ?


Petit Bigfoot est un beau roman sur l’acceptation de soi, un roman surprenant qui ne laisse pas indifférent.

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.